Une légende urbaine ?

Alors, cette histoire de crocodile dans les égouts… ce ne serait pas une légende urbaine ?

 

Un crocodile du Nil capturé dans les égouts de Paris

Le Figaro, publié 19 mars 1984

Un crocodile dans les égouts de Paris. C’est la mauvaise rencontre, mercredi, de trois égoutiers sous les rues de la capitale à la hauteur du Pont-Neuf. Un saurien de près d’un mètre de long. Frayeur, appel aux pompiers, chasse au lasso et l’animal capturé a pris le chemin de la ménagerie du Jardin des Plantes où il restera quelques semaines en observation.

« On sert de fourrière, explique le vétérinaire. On nous amène souvent des reptiles échappés de chez leurs propriétaires. C’est la grande majorité de notre clientèle. » Le crocodile du Pont-Neuf lui, se serait échappé, selon les pompiers, d’un magasin spécialisé du quai de la Mégisserie et aurait prospéré plusieurs semaines dans les égouts.

Dans le labyrinthe des 2100 kilomètres d’égouts de Paris, les rencontres de ce genre sont exceptionnelles. « C’est le premier crocodile, explique un égoutier, mais nous avions déjà trouvé un boa et un python de belle taille. » Deux bêtes qui s’étaient enfuies des appartements où elles étaient enfermées. Le rat reste cependant l’ennemi numéro un de l’égoutier et l’hôte le plus fréquent du réseau souterrain parisien. Et les cas de morsure ne sont pas rares.

Mais le cas du crocodile du Pont-Neuf restera-t-il encore longtemps isolé ? La France ne risque-t-elle pas d’être bientôt contaminée par la mode « made in New York ? » Des dizaines de milliers de caïmans ont été vendus dans la grande métropole américaine. Pour cent dollars (800 F), on peut acquérir un saurien d’une vingtaine de centimètres. Malheureusement, lorsque la bête grandit, ou qu’elle ne plaît plus à son propriétaire, elle est souvent jetée dans les égouts. C’est ainsi que plusieurs sauriens ont été retrouvés par les égoutiers new-yorkais, mais le plus souvent morts ou en très mauvais état. « Ils ne peuvent survivre que quelques semaines et encore… » indique un spécialiste.

Cela n’a pas empêché quelques cinéastes de science-fiction de donner libre cours à leur imagination avec « New-York 2009 » ou « Caïmans ». Des films où des sauriens sortant des égouts font régner la terreur…

Répondre