Notre crocodile du Nil

Retrouvé dans les égouts de Paris en 1984, notre crocodile du Nil ne laisse personne indifférent et les réactions sont nombreuses et variées.
L’association « Code animal » nous interpelle actuellement sur ses conditions de vie et nous en profitons pour vous expliquer notre point de vue.

 

Une demande de l’association « Code Animal »

L’association « Code Animal » a publié un post sur facebook et nous l’a également transmis par courrier.
Voici l’extrait facebook :

« Code animal interpelle l’aquarium de Vannes sur les conditions de vie d’Eleonor, un crocodile du Nil de 30 ans, capturé dans les égoûts de Paris (sous le Pont Neuf et probablement évadé des animaleries alors à proximité). Eleanor a dès lors été exposée seule dans un espace minéral aux couleurs des égouts de Paris et donc sans réelle lumière.
Pouvant vivre encore plusieurs années, Code animal demande à l’aquarium de Vannes au mieux de nous céder l’animal afin que celui-ci soit placer dans un sanctuaire, ou au moins d’offrir des conditions de vie plus acceptables pour cet animal c’est-à-dire à l’air libre et avec des congénères, le crocodile du Nil étant une espèce sociale.
(Soutenez nos actions en faveur des animaux captifs ! ) »

 

L’histoire de notre crocodile

Reprécisons un peu son histoire…
Notre crocodile du Nil a bien été retrouvé dans les égouts et recueilli à l’aquarium.
Certains pensent qu’elle (puisqu’il s’agit d’une femelle) a alors été sauvée d’une mort certaine…

Elle évolue actuellement dans un décor rappelant son histoire, ce qui – et nous l’entendons – ne plaît pas à tout le monde.
Sachez toutefois que lorsque le décor était végétalisé, notre crocodile le détruisait régulièrement.

L’équipe de l’aquarium veille a son bien-être au quotidien.
La DDPP (qui remplace désormais la DDSV – Direction Départementale des Services Vétérinaires) s’assure également du bien-être de nos animaux, tout comme le vétérinaire qui nous visite régulièrement.

 

Son avenir en question

L’avenir de notre crocodile du Nil est une question fréquente en interne.
La réponse a d’ailleurs été évoquée avec la DDSV il y a quelques mois.

Recevant actuellement de nombreux visiteurs (période estivale), nous estimons que le bien-être de notre crocodile est une question bien trop importante pour y répondre dans la précipitation.

Nous remercions également les nombreux visiteurs qui nous font des retours positifs et sont ravis d’observer un crocodile du Nil.
Son histoire permet d’ailleurs de les sensibiliser aux problématiques actuelles.
A titre d’exemple, nous recevons de nombreux appels concernant des tortues récupérées dans de petits étangs…
Toutes petites, les tortues étaient sans doute mignonnes mais en grandissant… certains s’en débarrassent, mettant en péril l’écosystème dans lequel elles sont libérées.

Toute l’équipe reste à disposition pour répondre à vos questions.

2 résponses à “Notre crocodile du Nil”

  1. ROGER

    Si on doit se mettre à ça place je pense que non il n est pas heureux. Être enfermé pendant 30ans dans un décor semblable.
    Peut être l agrandir??

    Répondre
  2. Olivier

    Bonjour, il faut que ça change. Il en tiens à votre image de l’aquarium de vannes. Ce jeudi 3 août au soir, Ouest-France à publier sur ça page Facebook visible par 500 000 personnes, un article sur l’interpellation de code animal pour ce crocodile. Je pense que vous n’avez plus le choix maintenant. Finit d’attendre ou l’association viendra le chercher

    Répondre

Répondre